Livres

Faites tourner les toupies et lisez des livres !

Mardi 4 décembre 2018 par Bator
Publié dans Regards n°1034

A l’occasion de Hanoucca, Regards vous propose comme chaque année sa sélection de livres jeunesse et de BD.

 

Les petites filles rêvaient, avant, d’incarner la Belle au Bois dormant. Aujourd’hui, elles se réveillent. Toutes seules. C’est l’époque. Les Femen ont dû se pencher sur leur berceau. Ou alors, Fifi Brindacier. Non pas qu’avant, il n’y ait pas eu pas de femmes rebelles, mais moins on en parlait, mieux c’était.

En 2016, Francesca Cavallo et Elena Favilli publient en Italie Histoires du soir pour filles rebelles, un livre qui rassemble les histoires extraordinaires et souvent méconnues de 100 femmes de par le monde qui se sont distinguées par leur intrépidité dans des domaines et des cultures où elles étaient sous-représentées, faisant ainsi avancer la cause féministe.

Le livre s’est vendu dans le monde à plus d’un million d’exemplaires. Un record aussi pour le financement participatif (crowdfunding) : 1 million de dollars !

Le deuxième tome est sorti en 2017. On peut y lire, parmi tant d'autres, le portrait de Simone Weil, ministre, ancienne déportée ; de Ruth Bader Ginsburg, juge de la Cour Suprême des Etats-Unis ; ou de Rita Levi-Montalcini, prix Nobel de chimie. A offrir aux filles rebelles et… aux garçons.

Elena Favilli et Francesca Cavallo, Histoires du soir pour filles rebelles, éditions Les Arènes - à partir de 12 ans.

Témoins de l’invasion allemande, puis de la mise en place de la 
politique antisémite et collaborationniste de Pétain qui divise les familles, un groupe d’enfants décide dans un mouvement spontané et citoyen de s’opposer à la tyrannie par des actes de résistance.

Les enfants de la Résistance devait s’arrêter au second volume. La série en compte aujourd’hui quatre et un cinquième est prévu. Le succès inattendu était au rendez-vous. Il est probablement dû au choix du scénariste d’adopter le point de vue des enfants et celui du dessinateur, de représenter des personnages auxquels les enfants peuvent s’identifier. Un livre d’action, mais aussi de réflexion, richement documenté.

Un bon moment de lecture à partager avec les adultes, de quoi alimenter des débats citoyens d’actualité.

Les enfants de la Résistance, Bande dessinée de Vincent Dugomier (scénario), Benoît Ers (dessins), éditions du Lombard - à partir de 10 ans.

Jérémie Dres a choisi le roman graphique pour nous parler de son travail mémoriel et c’est très réussi. Déjà dans Je n’irai pas voir Auschwitz, il partait en Pologne avec son frère, sur les traces de sa grand-mère paternelle. 

Dans son nouveau roman graphique Si je t’oublie Alexandrie, il s’intéresse cette fois à la mémoire familiale du côté maternel, un sujet inédit dans la littérature BD : l’exil des Juifs, chassés des pays arabes et plus particulièrement d’Egypte, en 1948, après la création de l’Etat d’Israël et en 1956, avec la nationalisation des biens occidentaux et du Canal de Suez par Nasser. La mort de sa grand-mère maternelle amène l’auteur à se pencher sur ses origines égyptiennes, une quête qui ressemble à s’y méprendre à une enquête. De cette période, il ne reste que des albums photos rangés au fond d’une armoire. « Vieilleries », lui dit son grand-père. Y aurait-il, derrière ce désintérêt, un secret de famille ? Que reste-t-il de la communauté juive qui vécut en Egypte, depuis l’époque des Pharaons jusqu’à leur départ forcé en 1948, puis en 1956 ? Que sont devenus les cimetières où sont enterrés les aïeux et les lieux de cultes désertés ? Comment reconstruire cette histoire familiale ? Pour y répondre, l’auteur part avec sa mère en Egypte, confronter les photos du passé avec la réalité du présent, du Caire à Alexandrie, puis en Israël.

Chaque chapitre construit autour d’interviews est différemment colorisé. Un choix judicieux. Une BD bien documentée, avec aussi de l’humour, une façon, d’éloigner le mauvais œil.

Jérémie Dres, Si je t’oublie Alexandrie, éditions Steinkis - à partir de 15 ans.


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/